Hall de Chaos Orphans

Forum de Chaos Orphans sur Guildwars
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez
 

 L'histoire de Nazanen

Aller en bas 
AuteurMessage
Machewnow Disg
Officier, Barde romanesque des Chaos Orphans
Machewnow Disg

Nombre de messages : 442
Age : 29
Localisation : Condé-ste-Libiaire en Seine et Marne
Date d'inscription : 04/02/2007

L'histoire de Nazanen Empty
MessageSujet: L'histoire de Nazanen   L'histoire de Nazanen Icon_minitimeVen 5 Déc - 19:21

Je n'ai pas fini d'écrire la chasse aux zombies, mais je commence une nouveau récit quand même ^^
Je ne met pas en scène les membres de la guilde, ni moi-même d'ailleurs, dans cette histoire : comme son nom l'indique, c'est l'histoire de Nazanen, un personnage que vous allez apprendre à connaitre clin d'oeil
Bien que cela commence à l'époque pré-fournaise, à Ascalon, le récit ira plus loin plus tard, voire très loin Very Happy
Enfin vous verrez au fur et à mesure que je posterais les différentes parties, je vous laisse lire la première maintenant !




Nazanen serra les mains de sa femme dans ses gants en fer.

- Ne t'inquiète pas, Faëlia, les charrs n'envahirons jamais Ascalon ! Le grand rempart tiens et tiendra encore !

- Ce n'est pas pour Ascalon que je m'inquiète, Naz', dit-elle en essuyant les larmes qui coulaient sur ses joues, c'est pour toi que je me fais du souci. Je ne veux pas qu'un jour un soldat vienne me dire que tu es tombé, même si c'est pour la sauvegarde d'Ascalon... Tu as beau être le meilleur escrimeur de ta compagnie et être devenu commandant en à peine dix ans de services, Ca ne fait pas de toi quelqu'un d'invincible ! Je te demande seulement d'être prudent, c'est tout...

- Je le serais, je te le promets.

Un homme en armure finement dorée s'approcha dans le dos de Nazanen, encadré de nombreux gardes à l'air féroce.

- Alors, Nazanen, as-tu fini tes adieux ? Il est temps de partir.

- Encore un instant, prince Rurik !

Il lâcha les mains de sa femme. Il y avait laissé une petite boîte, qu'elle examina attentivement.

- C'est pour les huit ans de notre fille, lui murmura-t-il doucement quand elle eut levé un regard interrogateur sur lui. Dit-lui bien que je suis désolé de ne pas pouvoir être là quand vous fêterez son anniversaire. Je serais de retour dans deux mois, c'est promis.

Sans attendre de réponse de Faëlia, Nazanen se retourna et rejoignit le prince Rurik et sa garde. Peu de temps après, il était partit, en rang serré parmi des centaines d'autres soldats, en direction du nord.



La nuit suivante, la compagnie établit son campement à proximité d’un petit village de campagne. Même si les habitants étaient d’humeur joyeuse et festive, la vue des soldats leur rappelaient qu’ils étaient en guerre, et que des membres de leur famille étaient partis pour les protéger. Néanmoins, ils offrirent généreusement un peu de nourriture pour les encourager.

Nazanen était dans la tente du prince, autour d’une table où étaient disposées des cartes et des verres d’un vin qui leur fût généreusement offert par un paysan, malgré les multiples refus du prince. Nazanen avait déjà à moitié vidé son verre, mais il remarqua que Rurik se servait du sien comme cale pour tenir l’un des coins d’une des grandes cartes décrivant la région. Nazanen commençait à trouver pesante cette réunion d’officiers avec le prince. Mais comme c’était sa première, ayant été promu après la dernière bataille seulement, il ne savait pas vraiment comment ça allait se passer, et décida d’attendre. Sa patience ne fut pas mise à rude épreuve, car le prince Rurik prit enfin la parole :

- Demain, nous serons déjà sur le rempart, prêts à accueillir les charrs. Mais avant, j’aimerais examiner avec vous la situation. L’ennemi approche dangereusement de la place Piken, mais notre rôle, comme vous le savez déjà, n’est pas d’aller là-bas pour la défendre, mais plutôt d’empêcher une prise de flanc à l’est. Le roi Alderbern, mon père, est quant à lui plus à l’ouest, du côté de Rin. Si tout se passe bien, nous auront repoussé les charrs loin du Grand Rempart Nord dans peu de temps. Au cas où cela se passe mal, nous nous regrouperons derrière le rempart, et jamais ils ne passeront.

L’un des généraux, Alfred « Hammer » Rickson, que Nazanen connaissait depuis peu et appréciait beaucoup, posa son verre et prit la parole :

- Qu’est-ce qui vous inquiète autant alors, Prince ? La victoire est pourtant proche !

Rurik ne répondit pas tout de suite. Il semblait absorbé par les cartes, et les parcouraient d’un regard grave. Il poussa un profond soupir, puis répondit à la question :

- Malgré le fait que nous résistons aux charrs, j’ai un mauvais pressentiment. Quelque chose me dit qu’ils préparent quelque chose. Ces derniers temps, ils ne cherchent pas le combat, ils reculent trop…

- Allons, mon prince, dit Alfred, la guerre a déjà durée longtemps, et nous comprenons que vous doutiez. Mais nous vaincrons, quoi que ces petits chatons nous aient préparé, je vous l’assure.

Les autres officiers approuvèrent ces paroles d’un signe de tête. Nazanen, lui, resta silencieux. Il était lui aussi sûr de la victoire, mais il avait apprit que le prince ne s’inquiétait jamais pour rien.

Rurik observa ses officiers un par un. Au moment où il croisa les yeux de Nazanen, il acquiesça imperceptiblement de la tête, puis parla à l’intention de tout le monde :

- Très bien, vous semblez tous très sûr de vous, et j’ai confiance en vous. Dans quelques jours, nous ferons face à nos ennemis, et nous les repousserons hors de nos terres !

Tout le monde hurla férocement à ces paroles, puis, voyant que le prince n’ajoutait rien, les officiers se mirent à parler entre eux, par petits groupes, de la bataille à venir. Nazanen, lui, rejoignit le prince, qui était en train de contempler une carte. Comme il ne lui adressait pas la parole, Nazanen toussota. Rurik grogna sans lever la tête de sa carte, mais répondit néanmoins :

- Je sais que vous êtes là, Nazanen. Mais je réfléchissais à un plan de secours.

- Vous pensez donc vraiment que tout ira mal ?

- Allons, Nazanen, je sais que vous envisagez vous aussi cette possibilité. Après tout, c’est pour ça que vous êtes devenu officier si rapidement. Les autres ont une longue expérience de la guerre, certes, mais ils ne voient en la situation qu’une occasion inespérée de repousser les charrs. De plus, ils sont tous persuadés que le rempart est inébranlable. De toute façon, mon père le pense, et ce qu’il pense, ils le pensent aussi. Vous au moins, vous êtes plus jeune, vous n’êtes pas aveuglé par les apparences.

- Vos paroles sont bien graves, prince Rurik, dit Nazanen après un moment de réflexion. Je pense aussi que quelque chose ne va pas, mais il faudrait que les charrs déchainent une puissance incroyable pour qu’ils repoussent notre avancée et qu’ils fassent tomber le rempart. Les dieux sont avec nous, et je ne pense pas possible qu’une chose pareille arrive un jour. Le rempart n’est jamais tombé.

- Il y a toujours un début à tout, soupira le prince. Mais tu dois avoir raison. Cependant, j’aime avoir un plan pour chaque situation, même les plus désastreuses. Si tout se passe mal, il faudra reculer immédiatement, pour se préparer au mieux à résister. Si tout se passe mal, jures-tu de me suivre sans te retourner, Nazanen ?

- Bien sûr, mon prince, je vous suivrai, quoi qu’il arrive.



Le lendemain, les troupes du prince Rurik arrivèrent au Grand Rempart Nord. Même si Nazanen l’avait déjà vu un nombre incalculable de fois, cette impressionnante muraille le remplissait à chaque fois de fierté. Aucune fortification n’était aussi solide dans toute la Tyrie, et même peut-être au-delà. Les tours qui jalonnaient la muraille, ces murs de plusieurs mètres d’épaisseur, ces portes massives renforcées aussi bien physiquement que magiquement, tout cela étaient tellement imposant que cela paraissait totalement immuable. En tout cas, depuis sa construction, c’était le cas. Et tout le monde étaient sûr qu’il en serait ainsi des siècles durant. Tout le monde, sauf le prince Rurik, qui observait les pierres de taille d’un air grave. Cela fit encore plus douter Nazanen. Le prince était vraiment préoccupé.

Mais pendant plusieurs jours, il n’eut pas le temps de parler au prince, à part pour recevoir des ordres. L’ennemi approchait, et il fallait être prêt à l’accueillir. Une fois les défenses bien installées, un petit groupe d’éclaireur était parti observer la situation. Si la place Piken était remplie de soldats, et que les troupes du roi stationnaient à l’ouest, la situation était encore floue à l’est. Tout ce qu’ils savaient, c’est que la forteresse de Surmia était tombée un mois plus tôt. Si le prince voulait défendre efficacement la place, il fallait empêcher les renforts charrs d’y arriver depuis Surmia. Rurik lui-même participerait à cette première bataille. Nazanen était lui aussi de la partie, ainsi que Alfred « Hammer ». L’assaut était prévu dans deux jours, les combattants se mirent donc en route.

Nazanen avait pour rôle de protéger les mages du Sceptre Flamboyant. Car les magiciens étaient peu protégés mais indispensables s’ils voulaient gagner cette bataille. Les hommes sous le commandement de Nazanen devaient donc les défendre à tout prix. De plus, ils devaient coordonner leurs attaques avec les troupes d’archers qui seraient postés non loin. Malgré toutes ces considérations à prendre pendant la bataille, Nazanen était confiant, surtout car le prince semblait moins abattu à l’approche du combat.



Tout était en place. Il ne manquait plus que les charrs. Le prince Rurik avait bien choisi le lieu de l’embuscade à venir. Il y avait d’autres endroits, le long du chemin, qui auraient mieux convenu, mais c’était justement pour tromper l’ennemi qu’ils s’étaient cachés à cet endroit : les charrs, redoutant une attaque à d’autres endroits plus appropriés, seraient légèrement moins prudents. Mais c’est le genre de détail qui pouvait changer le cours de la bataille, Nazanen le savait. Il pouvait être très bénéfique de sacrifier un peu d’avantage dû au terrain contre un petit peu plus de surprise.

Les éclaireurs donnèrent le signal. Nazanen vérifia que tout le monde était prêt, puis il sortit son épée du fourreau, en ne faisant presque aucun bruit. Les charrs arrivaient.

Quelques minutes plus tard, une première créature à la démarche féline s’engageait sur le chemin, bientôt suivi par un nombre impressionnant de ses confrères. Nazanen leva la main. Les archers levèrent leurs arcs, les élémentalistes préparèrent leurs invocations. Erol, le chef des mages du Sceptre Flamboyant, lui fit signe qu’ils étaient prêt eux aussi. Nazanen baissa alors le bras.

Des dizaines de flèches s’envolèrent juste au dessus de sa tête en sifflant, bientôt suivies des boules de feu lancés par les mages. Des lignes entières de charrs tombaient déjà. Mais ils réagirent très vite, et firent face à cette menace. Les guerriers chargèrent, les mages et les archers répondirent promptement. C’est ce moment que le prince Rurik choisit pour charger dans leur dos, de l’autre côté du chemin.

Malgré leur supériorité numérique, les charrs furent pris au dépourvu. Alors que les guerriers hésitaient, Nazanen en profita pour ordonner la charge de ses propres soldats. Un grand nombre de cadavres jonchaient déjà le sol, et la plupart n’étaient pas humain. Cette bataille s’annonçait bien.

Après plusieurs très longues minutes, le dernier charr tomba. Ils étaient victorieux.

Rurik brandit son épée magique et hurla un cri de guerre que tous reprirent en cœur.

- Pour Ascalon !

Mais une autre clameur se superposa à la leur. D’autres charrs arrivaient ! Alors que les premiers défenseurs, pris par surprise, s’effondraient, Nazanen donna plusieurs ordres très brefs, et se prépara à les affronter. Comment avaient-ils pu les prendre à leur tour par surprise ? Alors qu’il tranchait la chair d’un ennemi, Nazanen comprit que les charrs avaient scindé leurs troupes en deux, et que la première partie marchait en avance de la seconde.

Le chaos était total. Nazanen voyait des charrs et des hommes se combattre tout autour de lui. Alors qu’il évitait de justesse une volée de flèches ennemies, il entendit le prince crier à la retraite. Il hurla à son tour à ses hommes de se regrouper et de s’enfuir, puis il bondit lui-même au-dessus des cadavres des combattants, avant de s’engouffrer dans l’abri relatif de la forêt, suivi par quelques autres.

_________________
Unis, Forts et Loyaux ;
Par le Sang et par l'Epée ;
Scellés d'Amitié...

_________________
Machewnow Disg, Chef de Guilde des Chaos Orphans, Grand Maître Cartographe de Tyrie, Barde Romanesque, Guide touristique, Arbitre et Organisateur des Concours de Screens
_________________
"The most important thing in any game should be the player. We have built a game for them." Ree Soesbee about Guild Wars 2.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaark
Chef des Chaos Orphans


Nombre de messages : 97
Date d'inscription : 05/02/2007

L'histoire de Nazanen Empty
MessageSujet: Mache tjrs!!   L'histoire de Nazanen Icon_minitimeMer 10 Déc - 12:53

tu me redonnes le gout d'écrire o mon Ami!!! Bravo pr cette entame::vivment la suite ...bon, jvais vs concocter moi ossi un ptit recit....
Unis, forts et Loyaux
Par le sang et par l'Epée
Scellée d'Amitié....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Okashi Chaos
Officier de communication
Okashi Chaos

Nombre de messages : 856
Age : 30
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 11/07/2005

L'histoire de Nazanen Empty
MessageSujet: Re: L'histoire de Nazanen   L'histoire de Nazanen Icon_minitimeSam 20 Déc - 15:06

Ah... ça m'avait manqué tes petits récits Machew... Toujours aussi bien, y a des choses qui changent pas! clin d'oeil Vivement la suite! (Sinon je me suis permis de corriger les rares fautes, maintenant il est tout beau tout propre à priori.)

_________________
Il n'y a pas de classes, de confréries, de membres dans notre guilde; il n'y a qu'un groupe: les Chaos Orphans..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




L'histoire de Nazanen Empty
MessageSujet: Re: L'histoire de Nazanen   L'histoire de Nazanen Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 
L'histoire de Nazanen
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La fausse histoire d'un vrai menteur.
» [Kamy]L'histoire d'un Crâ...
» Le Foot en LR une longue histoire : aujourd hui l AS BEZIERS
» [RP] Histoire d'un joyeux brigand
» L''histoire de la baguette Rhon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hall de Chaos Orphans :: Taverne du Poil frisé :: Le recit des aventuriers :: Récits de Machewnow, Barde Romanesque-
Sauter vers: